La grande majorité des voyageurs (vazaha ou malgaches) à Madagascar est confronté à une expérience qui alterne du jubilatoire à la plus profonde colère, en passant par la peur, la joie, l'étonnement amusé, l'incompréhension... Cette expérience est souvent inoubliable, toujours unique, et est partie prenante de tout séjour sur l'île rouge.

Pourtant, il s'agit juste de se déplacer. Oui, mais pas n'importe comment. En taxi brousse. Oui, LE taxi brousse malgache, le seul, l'unique, qui n'a sans doute rien à envier à celui d'Afrique ou d'Asie.

Vous pensez que j'en fais un peu trop ?? Ah ah ah, attendez un peu les messages suivants, vous allez comprendre.

En attendant, on va tout reprendre à zéro. Et oui, déjà, qu'est-ce que c'est, un "taxi brousse" ? La réponse en photo.

taxi_brousse_rouge1

Ça, c'est LE modèle le plus classique, c'est à dire le minibus 15 places (en théorie), de marque le plus souvent asiatique comme Toyota ou Mazda. Ces minibus trouvent une deuxième vie à Madagascar, après avoir fait leur temps en Europe. Lorsque le contrôle technique devient un peu trop difficile à passer, on les envoie dans les pays pauvres du sud.
Ce modèle sert notamment sur les "bonnes" routes, les routes goudronnées, pour les trajets entre capitales provinciales. Mais on peut aussi le croiser sur des pistes. Mine de rien, il passe presque partout. C'est un peu le taxi brousse "de luxe" !

Ici : un mazda rouge, à Fianarantsoa, qui part pour Ihosy le jour même ("anio"). Vous remarquerez la précision... Néanmoins, le départ est imminent, puisque les bagages sont déjà chargés, et la bâche noire censée les protéger de la pluie presqu'installée, mais pas encore fixée. Devant le taxi, on voit les carrioles qui servent à transporter les marchandises.

Je vous présenterai les autres modèles dans les messages suivants. C'est qu'il y a tant à dire !