Daniel,

Il y a un peu plus d’un an… Un camion fonçait sur ta 4L bleue, tu étais de retour de Tana après avoir rencontré des gens à propos de « commerce équitable »… C’était un dimanche, tu faisais les 219 km aller retour dans la journée. Peut être tu étais fatigué et qu’en cette fin de journée, ta vigilance a baissé. Et peut être que même avec toute ta concentration, ce camion be, tu ne pouvais pas l’éviter, dans ce virage sans autre bas-côté qu’un à-pic.

Tu n’es pas mort sur le coup. Il se trouve que dans le 1er taxi brousse qui a suivi l’accident, il y avait N’driana, le frère de Vonjy, un copain. Je sais donc que tu te plaignais d’avoir mal sur tout un côté. Que tu as été transporté dans ce taxi à l’hôpital de Miarinarivo. Et que de là, on t’a mené vers Antananarivo, mais trop tard, tu es mort pendant le trajet…

Daniel, l’ami des volontaires de Tsiroanomandidy. Avec tes soixante ans passés, toujours la pêche, toujours des projets, j’aimerais bien avoir ton énergie lorsque j’aurai cet âge !

Daniel, « Monsieur Vétiver », avec Edwige vous avez créé cette petite entreprise d’artisanat de racines de vétiver. Edwige continue, seule et pleine de courage.

Et moi, je n’étais pas là. J’étais à Nosy be, en vacances avec des copains. J’ai pu juste rentrer pour tes funérailles, originales, comme l’a été ta vie.

Dans le pays du culte des ancêtres et du retournement des morts, tu as a été incinéré selon la cérémonie indienne, sur un bûcher. Tes restes encore chauds ont été gardés  toute la nuit par la Police, à cause du risque de vol pour trafic d’ossements humains.

Tes os ont été déposés sur une colline du Bongolava, dans un endroit que tu aimais bien. Mais il reste bien plus que ça de toi, des souvenirs, l’image d’un grand homme aux cheveux blanchis, à la barbe claire, avec qui l’on a pu discuter aussi bien de la vigne du Luberon, des melons de Cavaillon, des plantes aromatiques d’Ambanja, de l’histoire de l’agriculture… des moments de répits dans notre de vie de fous, chez toi, autour d’une THB, où ton oreille attentive écoutait et comprenait.

Merci Daniel, continue à reposer en paix.