Après une réunion en ville avec des agriculteurs malgaches, ceux-ci nous ont demandé si on pouvait leur montrer un film, avec l'ordinateur portable de ma collègue. Un copain m'avait prêté le DVD d'Amélie Poulain, et du coup c'est ce qu'on leur a proposé.

Après avoir réaménagé la salle de réunion en salle de projection privée, on a posé le protable sur une chaise sur une table, expliqué que ce n'était pas un film d'action, et lancé la vidéo.

J'étais restée dans la salle, et quelquefois, j'expliquais certains passages à mon voisin qui parlait bien français.  Par exemple : "là, comme le marchand de légumes est méchant avec son salarié, Amélie prépare des mauvaises blagues pour le punir". Et d'ailleurs, les malheurs du marchand de légumes ont bien fait rigoler la salle !

Je m'attendais à ce que pas mal de monde sorte vite de la salle, ne comprenant rien au film, s'y ennuyant, car les actions y sont relativement limitées par rapport aux films qu'ils voient habituellement (cf. dernier message). Et bien non, sur la grosse vingtaine de personnes qui étaient là seules 2 se sont endormies, et tout le monde est resté jusqu'à la fin, à mon grand étonnement, et m'ont grandement remercié de la séance.

Mais cela ne s'est pas arrêté là. Les paysans ont continué à discuter du film entre eux, et les jours suivants, un d'entre eux qui ne l'avait pas vu a demandé à le voir, car les discussions lui avaient donné envie, il voulait se faire sa propre idée. Lui parlait très bien français, et j'ai ainsi pu en savoir un peu plus sur ce qui s'était dit à propos du film...
Pour eux, Amélie est quelqu'un qui est venu sur terre avec des pouvoirs et une mission. Ses pouvoirs lui ont été donné car au moment de sa procréation, un Monsieur est mort, une mouche s'est fait ecraser, et des verres dansaient sur une table... Sa mission, ou plutôt son "travail", c'est de rendre les gens heureux.

Bref, ils ont vu un film bien différent de ce qu'ils avaient l'habitude, et ont eu l'air d'apprécier. Ils l'ont compris d'une façon un peu différente que nous, avec une portée spirituelle supplémentaire.

Les réunions suivantes, on leur a passé du Titntin, du Louis de Funès... Et ensuite l'habitude a été prise, il est devenu difficile d'échapper à la séance vidéo post réunion... Parfois ils se cotisaient entre eux pour louer un vidéo CD, et on prêtait juste le portable et la salle de réunion.

J'aurais bien aimé continuer à leur montrer des films différents de ce qu'ils pouvaient habituellement voir, et connaître leurs réactions. Mais je n'avais à cette époque pas d'autres films !