Oui, j'ai râlé sur les difficultés de la langue malgache... Mais pour les malgaches, parler français, c'est aussi difficile.

- Avec la mutiplicité des temps possibles et des conjugaisons... C'est vrai qu'il y a de quoi se perdre ! Même nous francophones de langue maternelle faisons souvent des erreurs ! De plus, le pluriel n'est pas marqué en malgache, alors qu'il s'encombre de "les", "s" et de "x" en français. Sans parler du journal qui devient les journaux.

- Avec nos "Vas-y", j'en mets", "Il y est déjà", et j'en passe. Toutes ces "y", "en"... (je ne sais même pas comment on les appelle, ces ?) posent d'ailleurs à la plupart des étrangers apprenant le français. Et vous seriez capables, vous, d'expliquer les règles d'utilisation et de construction de phrases avec y et en ?

- J'ai aussi remarqué que "prêter" et "emprunter" sont souvent confondus, je n'ai pas éclairci l'affaire mais je suppose que la ressemblance de ces 2 mots n'y est pas étrangère... A moins que ce ne soit de la mauvaise volonté de la part de mes créanciers ?

- La prononciation du français n'est pas non plus aisée. Surtout lorsqu'il y a 2 consonnes à la suite, particulièrement avec un [ss] ou un [k] en première position. Le stylo devient ainsi le [sitilo], le cyclone le [cikilon'], la bicyclette la [bicikiletty], et le client un [kilian]. Avec un "b" suivi d'une autre consonne, c'est aussi rigolo : la brouette devient la [bourett']. Ce qui est étonnant au final, c'est que les malgaches prononcent bien "taxi-brousse" comme il faut, et non pas [takisi bourouss'] comme on pourrait supposer...

- Le son [ll] comme dans "yeux" pose aussi parfois problème pour les malgaches. Surtout s'il est accompagné d'une diphtongue qui n'existe pas en malgache. Par exemple, le mot "yaourt" est très difficile, et est prononcé [yayourt]. Le prénom "Yoan" devient lui carrément [Youyann] quand il ne devient pas [euh, le Monsieur qui ressemble Jésus kristy]. Dans ce dernier cas, il est plus facile de dire que l'on s'appelle "Yoyo", qui deviendra [Youyou], car je ne l'avais pas encore dit, mais le son [ô] n'existe pas en malagasy, et est souvent prononcé [ou]. Par ailleurs, la vanille devient la [vanil'] mais les filles restent bien des [fiy']...

- La prononciation des [je], [ze] donne lieu à des confusions. Le [je] est prononcé [ze] par les malgaches quand ils parlent en français. Ainsi, quelqu'un qui fabrique des bisous n'est autre que le bizoutier, qui en fin de compte ne vous embrasse pas mais vous serre la main et prend commande de vos colliers, boucles d'oreilles et autres bracelets. Et comment rester sérieux lorsqu'on vous dit "ze t'aime !" (à zenoux !) ?

- La prononciation des [ch], [ss]. Le son [ch] est lui difficile à prononcer et se transforme souvent en [ss]. La charette devient en malagasy la "sarrety" (cf. message du 04/04/05), ou le charbon le "saribony". Mais même en prononçant le français, les malgaches ont du mal, et le charbon reste le sarbon, le chien devient sien et le chat ça...
A l'inverse, chez certaines ethnies (Betsileo, Antemoro par exemple), le [ss] en malgache est prononcé [ch]. Par exemple, à Antananarivo, en pays Merina, pour dire "il y a", on dit "Misy", qui se prononce [miss']. A Manakara, en pays Antemoro, on prononce [mich']. Donc, si quelqu'un à Manakara vous demande des choux, c'est en général qu'il veut vous prêter de l'argent... Euh, vous en emprunter, pardon !