2 ans à Madagascar. Presque 2 ans. En y partant, je pensais bien sûr apprendre la langue et espérais secrètement devenir bilingue. Peine perdue.
Pourquoi la langue malgache est-elle difficile ? Pour les français en tout cas. Pour moi plus particulièrement ?

1- Déjà, pas mal de gens parlent un peu français : beaucoup dans les grandes villes, et assez peu dans les campagnes. Du coup, c'est plus facile pour se faire comprendre, on finit toujours par trouver quelqu'un pour nous aider si ce qu'on cherche est compliqué. Du coup, on n'a pas besoin de se forcer, et si on est un peu flemmard, on profite de cela. Même si ce n'est vraiment pas une bonne raison pour ne pas faire l'effort d'apprendre. En plus, j'avais la chance de travailler avec des animateurs malgaches parlant bien français, c'était plus "efficace" de les laisser faire les traductions, plutôt que de prendre un quart d'heure pour formuler chaque phrase...

2- Ensuite, même quand on n'est pas flemmard, et qu'on veut faire des efforts, on se retrouve face à une langue qui n'a vraiment rien à voir avec la nôtre. Vraiment rien !
Par exemple, il y a des accentuations, qui jouent sur le sens du mot. Un même mot (Tanana), avec une accentuation différente, peut vouloir dire main ou village. Pareil avec Lalana, route ou loi . Or en français nous n'avons pas l'habitude de parler avec une accentuation comme pour l'espagnol. Donc, j'ai dû souvent demander aux passants "Où est la 'loi' pour se rendre à Tsiroanomandidy ?".
Autre exemple : la longueur des mots. Rien que le nom du pays et de sa capitale mettent la puce à l'oreille (Madagascar, Antananarivo). En fait, beaucoup de noms pour désigner les choses sont des mots composés, comme Masoandro (le soleil), qui vient de Masoa-Andro, littéralement l'oeil du jour. Ou Solomasoa, les lunettes, littéralement remplaçant d'oeil. Et puis même pour dire des choses telles que "manger du riz", hop, les malgaches ont fait un verbe composé : Minambary, qui vient de Mihinana (manger) et vary (riz). Bon, d'accord, c'est vrai que c'est important de manger du riz à Madagascar, et qu'il fallait bien un mot pour ça. Mais quel étonnement lorsque la petite fille qui m'aidait à mes débuts m'a traduit directement "Tsy mbola ninambary", soit je n'ai pas encore mangé de riz, alors que je lui demandais "comment dit-on : je n'ai pas encore mangé?". Manifestement, elle ne pouvait pas concevoir que même si je n'avais pas encore mangé, je ne pouvais manger autre chose que du riz. On reviendra au riz dans un prochain message.
De plus, les sonorités sont vraiment éloignées des nôtres, la prononciation est différente. Beaucoup de diphtongues, et surtout, une grande partie des mots sont "mangés*". Des syllabes entières disparaissent entre l'écrit et l'oral. Après quelques mois à Madagascar et en connaissant l'orthographe des mots, on arrive quelquefois à entendre les syllabes diparues. Quelquefois. Exemple : la ville où j'habitais, Tsiroanomandidy, se prononce en fait [Tsiro'nmandid']. Mais au final, comme c'est de toutes façons long à dire, on fini par dire Tsiro ou Tsididy. Allez vous y retrouver avec tout ça !
Ainsi, les mots les plus courants ne sont pas faciles à acquérir : les salutations (dans la capitale : Manao ahoana [manaôn']), et le simple "merci", Misaotra [m'sotch'], il m'a fallu une dizaine de jours pour les mémoriser (avec la bonne prononciation). Heureusement, pour la nourriture, c'est plus facile : vary sy laoka [var' sy lok'], riz et accompagnement !

3- La grammaire. Ca parait simplissime au début. Trois temps seulement : passé, présent, futur. Pas de subjonctif, de conditionnel, de passé composé... le bonheur... au début. Pas de conjugaison : avec je tu il nous vous ils, c'est toujours pareil, pas besoin de conjuguer. Le bonheur encore. MAIS... Tout cela c'est pour la forme active. Et au final, les malgaches s'expriment surtout avec la forme passive... nettement plus difficile à maîtriser. Allez, j'avoue. C'est à la première leçon sur le passif que j'ai abandonné les cours de malgache... Pas réussi à surmonter... Menatra aho, j'ai honte...!! Je ne peux même pas donner d'exemple pour expliquer pourquoi c'est si difficile... Mais un lecteur peut être ?

4- Les références culturelles et la façon d'exprimer les idées sont aussi très éloignées des nôtres (surtout sur les hauts plateaux pour le deuxième point). Voire viennent d'une autre planète. D'ailleurs certains disent que les malgaches sont des descendants directs des extra-terrestres... Vous me croirez peut être si je vous dis que pour demander une pause pipi dans le taxi brousse, les malgaches disent  "Olom-belona tsy akoho" = "l'homme n'est pas une poule" ? Parce que c'est ce qui se passe réellement. Explication : pour les malgaches, les poules ne pissent pas, elles ne font que chier. Donc, l'homme n'est pas une poule, il a besoin de pisser, lui... CQFD. On peut comprendre tous les mots de la phrase, si on n'a pas la même référence culturelle, on ne comprend pas le sens.
Continuons, prenons le chien. Pour nous européens, il bénéficie plutôt d'une bonne presse. On aime bien les chiens. A Madagascar, non. C'est un peu comme le rat pour nous. A Madagascar, il y a un criquet très coloré et qui pue, qui s'appelle le criquet des chiens. Pourquoi ? Parce que "même le chien n'en veut pas". Autrement dit, c'est un peu une raclure, ce criquet ! Personne n'en veut, pas même le chien ! C'est un peu comme si nous on disait d'un plat que même un rat n'en mangerait pas.

5- Les spécificités régionales font que le découragement arrive vite lorsqu'on voyage. La prononciation, l'accentuation, et parfois le vocabulaire changent avec les régions. Si tu te débrouilles à Tana, la capitale... tu ne comprends plus rien quand tu vas au sud, à l'est, au nord ou à l'ouest... Tout l'apprentissage est à recommencer... Misère !

Bref, le malgache est une langue difficile pour moi, lilikely. Pour beaucoup de français expatriés aussi, d'après ce que j'ai pu observer. Peu font l'effort d'apprendre un minimum. On dira que j'aurais au moins fait l'effort... de comprendre pourquoi je n'y arrivais pas... !

Pour finir, voici l'adresse d'un site avec quelques leçons de malgaches, y compris la prononciation : http://www.gasikara.net/Langue.htm
Bon courage ! / Mazotoa ê !

*malheureusement, ça ne nourrit pas...